Humeur Bleue #21 : Le noir dans la mode

Le noir, c’est un peu la « couleur » que l’on porte quand on ne sait pas quoi mettre. Il est passe-partout. Il s’adapte à n’importe quelle situation. Pourtant, ce rapport au noir dans la mode est très récent. En effet, il n’a pas toujours été au beau fixe. Bien au contraire. Voici un petit retour sur son parcours semé d’embûches pour devenir aujourd’hui la couleur de l’élégance.

Le noir, une couleur négative ?

noir dans la mode

Spontanément, quand on nous parle du noir, on pense à la mort, aux ténèbres. Cela est dû particulièrement à notre culture judéo-chrétienne où le noir dans la Bible évoque tout ce qui est en lien avec le mal. Les Enfers, le diable. Le noir a donc pendant longtemps été un tabou. Tout ce qui était noir était forcément mauvais. Chats noirs, corbeaux, ne sont-ils pas des animaux qui inspirent la méfiance voire le malheur ?

Le noir du protestantisme
noir dans la mode
Le syndic de la guilde des drapiers de Rembrandt

Si on met un peu de côté toutes les évocations négatives du noir, il en ressort quand même des notions plus heureuses. L’humilité, la tempérance. C’est aussi la couleur de l’austérité, celle portée par certains moines. Et celle bien évidemment imposée par la Réforme. C’est à ce moment là, au XVIème siècle que le noir va petit à petit s’imposer dans la mode.

Le noir, symbole de richesse
noir dans la mode
Charles V par Le Titien

Avant les grands progrès de la chimie, il était très difficile d’obtenir du noir en teinture. Les étoffes étaient donc extrêmement chères et seule l’élite pouvait donc s’en procurer. Signe extérieur de richesse et de statut social, le noir a alors commencé à devenir une couleur que l’on avait envie de porter. Une couleur désirée.  Cependant, au vu de son prix, elle restera pour beaucoup uniquement la couleur du deuil (bien que pendant très longtemps les plus démunis portaient le deuil en gris ou en brun).

La petite robe noire ou la révélation

noir dans la mode

Tout le monde connaît la petite robe noire de Chanel. Bien que Coco n’en ait pas vraiment été la créatrice, elle a tout de même fait de ce vêtement un symbole de modernité et d’élégance. En effet, suite à la Grande Guerre, nombreuses sont les femmes qui portent le deuil. Elles sont donc toutes habillées en noir. La robe noire est ainsi entrée petit à petit dans la garde-robe du quotidien. Coco Chanel, quant à elle, a permis que ce vêtement soit un intemporel. La pièce indispensable de tout dressing.

Les stars et le noir

noir dans la mode

Après Chanel, le noir a commencé à devenir vraiment LA couleur du chic. Et cela a été renforcé par toutes ces célébrités que l’on associe forcément au noir. Audrey Hepburn notamment. L’actrice est encore régulièrement citée quand on fait référence à l’élégance. Le noir, c’est aussi l’emblème des têtes pensantes, des intellectuels. Alors forcément, il gagne une aura que les autres couleurs n’ont pas.

Les années 1960 ou le retour à la couleur

noir dans la mode

Pas de place pour le noir dans la mode avec les tendances très pop des années 1960-1970. La vague hippie, le psychédélique imposent une nouvelle esthétique chromatique. Durant ces années, porter du noir est ennuyeux. Pourtant, à la fin des années 1970, avec les mouvements punks ou new wave, le noir réapparaît. Car s’il est la couleur du pouvoir (comme on l’a vu au dessus – il est à la couleur d’une élite et fait aussi figure d’autorité) il est aussi celle de la contestation.

La vague japonaise ou la consécration du noir dans la mode

noir dans la mode

Dans les années 1980, c’est la pleine tendance du fluo, des matières un peu plastique qui brillent. Bref, on est bien loin de l’austérité induite par le noir. Et pourtant, c’est à cette même période que deux japonais bien connus, Rei Kawakubo et Yohji Yamamoto, vont faire défiler des silhouettes entièrement vêtues de noir. Le message était de revenir à l’essence du vêtement : la forme. La couleur est vue comme une distraction. L’idée est tellement radicale et révolutionnaire, qu’elle va plaire aux professionnels des arts… et de la mode ! Ces derniers ne jurent que par le noir et il va ainsi rester LA couleur à porter.

C’est évidemment une histoire très succincte du noir dans la mode ! On pourrait écrire encore des lignes et des lignes. Et d’ailleurs, si cette thématique vous intéresse, je vous conseille le livre du très célèbre Michel Pastoureau sobrement intitulé Noir.

N’hésitez pas à me partager vos avis et impressions sur le noir ! 🙂

Quant au prochain thème de l’Humeur Bleue, il sera un peu plus personnel. En effet, je reviendrai sur mon parcours pour travailler dans le textile car vous êtes nombreux à me poser la question ! Alors si vous avez des interrogations, c’est le moment ! 😉

A très vite!

Articles similaires
L’élégance
La mode et l’art
Le monde de la mode et ses clichés
Le pantalon & la femme
Dis moi comment tu t’habilles je te dirai qui tu es

Humeur Bleue #20 : La mode vintage, une tendance qui ne cesse d’évoluer

Cela fait quelques années déjà que la mode vintage ou rétro est ultra tendance. Cependant, bien que visuellement semblables, on peut tout de même distinguer deux tendances à l’intérieur de ce qu’on appelle communément la mode vintage.

 Mais d’abord concrètement, qu’est-ce que c’est ?

mode vintage

C’est bien simple, pour rester uniquement dans la mode, car le vintage est tendance partout, ce sont des vêtements qui viennent d’une autre époque. En tant qu’époque, je parle plutôt du 20ème siècle, car je n’ai pas encore vu beaucoup de gens arborant des robes renaissance par exemple… Et ce serait d’ailleurs plutôt des pièces de musées. Pas facile à porter tous les jours en même temps. On entend souvent même par mode vintage tous les vêtements des années 40 à 80 grosso modo.

La VRAIE mode vintage

mode vintage

Il n’y a pas vraiment de vraie ou de fausse mode vintage. Mais j’entends par là qu’il y a deux types de vêtements. Et les premiers sont ceux qui sont vraiment vintage dans le sens où ils ont eux-mêmes traversés les époques. Ils ont été conçus, fabriqués il y a longtemps. Ils sont souvent d’ailleurs assez chers, car rares, souvent uniques. Ce sont pour certains des pièces de collection. Parfois plus chers encore que des vêtements neufs. Mais cela concerne surtout le vintage haute-couture. Car on trouve aussi des pièces vintages tout à fait abordables, tant qu’elles ne sont pas griffées.

Mode vintage et marketing

mode vintage
Penser que toute la mode vintage que l’on trouve sur le marché a traversé les années serait se fourvoyer. Je ne crois pas vous l’apprendre vraiment mais la plus grosse part de ce que l’on trouve aujourd’hui n’est qu’une imitation, une copie de ce qui se faisait avant. Les marques peuvent s’en inspirer, comme c’est le cas et ça l’a toujours été dans la mode. Mais pas seulement, car ce que l’on nous vend souvent comme des pièces vintages sont en fait des vêtements fabriqués aujourd’hui qui reproduisent ce qui existait autrefois. Il n’y a pas forcément de mal à ça, tant que c’est indiqué clairement. Mais cela reste quand même souvent un argument marketing pour vendre plus cher des pièces qui ne le valent pas. De plus, certaines personnes achètent du vintage dans l’optique de réduire les déchets textiles donc là, on n’est plus dans la même démarche.

La mode vintage : une bonne alternative éco-responsable ?

mode vintage

Parlons un peu d’éco-responsabilité justement. Le sujet qui revient – et à juste titre – dans de nombreuses bouches en ce moment est l’énorme consommation de vêtements et les déchets qui en résultent. Seul 1% des vêtements sont en effet recyclés… Pour certains, acheter vintage est donc une façon de continuer à consommer et se faire plaisir sans pour autant participer à ce massacre de la planète. En effet, on évite alors de jeter et on ne produit pas non plus pour vendre. Un nettoyage et parfois une petite retouche étant seulement nécessaires en général.

Et sinon, pourquoi la mode vintage est tendance ?

mode vintage

C’est un peu la question qui fait débat. Pourquoi on voit d’année en année cette tendance grossir ? Certains avancent la peur de l’avenir et donc l’envie de se réfugier dans quelque chose de familier, que l’on connait.

Le manque d’argent parfois, qui pousse les gens à se tourner vers des vêtements de seconde main achetés en friperie ou dans des dépôts de type Emmaüs.

Par conscience écologique également, comme déjà écrit plus haut, incitant à allonger le cycle de vie des produits pour consommer durablement. Rien ne se jette, tout se vend et s’achète.

Mais c’est également un moyen de se singulariser. Il est vrai qu’aujourd’hui tous les magasins proposent à peu près la même chose et suivent les tendances dictées par les bureaux de style. Acheter de la mode vintage permet donc d’accéder à des pièces qu’on ne trouve nulle part ailleurs pour ce besoin incessant de s’individualiser.

Il y a bien évidemment d’autres raisons. Comme la fascination pour le passé par exemple. Et je suis sûre qu‘on peut me donner une centaine d’autres raisons.

Une difficulté pour la mode à se renouveler ?

mode vintage

Peut être. En tout cas, depuis les années 2000, on peine à avoir de vraies nouveautés. Et les dernières grandes tendances sont presque toutes des rééditions, à l’image de la Stan Smith d’Adidas. La mode aurait-elle atteint ses limites ?

Des adeptes de mode vintage par ici? 🙂

J’attends vos retours sur le sujet. Et je vous annonce d’ors et déjà le prochain thème de l’Humeur Bleue : la relation entre le noir et la mode. Si vous avez des choses à me partager à ce sujet, c’est le moment! 😉

Articles similaires
Dis-moi comment tu t’habilles je te dirai qui tu es
Vis ma vie de styliste textile
Etre stagiaire dans la mode
Le monde de la mode et ses clichés
Les études de mode, pas que du dessin!

Humeur Bleue #19 : L’élégance

Une vision de l’élégance

Aaah l’élégance. Un bien grand mot qu’on emploie un peu à toutes les sauces. Mais qu’est-ce vraiment que l’élégance? Je tenais vraiment à vous donner ma vision de ce concept. Car évidemment il y en a plusieurs. Et je ne détiens peut être pas la VRAIE vision d’ailleurs.

l'élégance

L’élégance, une qualité

Par définition, l’élégance est une qualité. Elle caractérise une personne gracieuse, qui se mouvoie avec aisance et légèreté. L’élégance n’est donc pas du tout uniquement liée à la tenue que l’on porte. C’est avant tout une attitude. Et nul ne décide d’être élégant ou pas. On peut décider d’être chic, compte tenu des vêtements que l’on porte, mais pas élégant. Ce serait comme décider d’être beau, c’est un peu bizarre.

l'élégance

Incarnations de l’élégance

Pour beaucoup, l’élégance fait tout de suite penser à des personnalités comme Audrey Hepburn ou Inès de la Fressange. Qu’ont-elles en commun? Une attitude, une prestance, un certain charisme. Ce sont de belles femmes certes, mais c’est avant tout leur façon de se comporter qui font d’elles des ambassadrices de l’élégance.

l'élégance

Une recette miracle?

On lit souvent qu’il y a toute sorte de recettes miracles pour être élégante. Du style, « ne portez pas plus de trois couleurs », « ne sortez jamais les cheveux mouillés de chez vous ». Et je suis complètement en désaccord avec cela. On confond une fois encore l’élégance et le « chic » ou le « style ». Si vous voyiez Audrey Hepburn avec les cheveux mouillés, ne la trouveriez-vous pas quand même élégante?

l'élégance

Noir et élégance

On associe aussi souvent le noir avec l’élégance. Si le noir est la couleur de la sobriété, il est vrai que c’est la couleur privilégiée pour toute tenue de circonstance. Et cela a un rapport avec l’histoire de cette couleur. Si cela vous intéresse, je vous conseille de lire Le noir de Michel Pastoureau. Il n’aura plus aucun secret pour vous. Alors si on peut dire que le noir est une couleur élégante, je dirais que oui. Car c’est une couleur qui ne fait pas de tapage. Mais dire que le noir rend quelqu’un élégant, non. Encore une fois, mettez du noir sur une personne vulgaire, elle ne sera jamais élégante. Et on peut très bien porter de la couleur et l’être quand même.

l'élégance

Et la beauté dans tout ça?

L’élégance et la beauté ne sont pas forcément liés. On peut être belle et pas élégante et inversement. La beauté correspond à des critères bien précis, qui évoluent au fil des années et des modes. L’élégance quant à elle est plus intemporelle. Elle a un rapport avec le physique certes, par rapport aux proportions par exemple. Mais elle est aussi liée à la façon d’être avec les autres. Elle est donc plus liée à ce qu’on peut appeler « la beauté intérieure » en quelque sorte.

l'élégance

En conclusion

L’élégance est partout. Elle peut être incarnée par une personne, par un mouvement, par une odeur ou même une saveur. L’élégance, c’est aussi un art. Celui de ne pas se faire remarquer mais pourtant d’être bien là. C’est une histoire de dosage. De trouver le juste milieu. L’élégance, c’est quelque chose d’inné.

Si le sujet vous intéresse et que vous voulez d’autres visions de l’élégance, je vous invite à lire L’élégance de Nathalie Rykiel. C’est un ouvrage manifeste qui m’a beaucoup inspiré pour cet article…

Et pour vous, qu’est-ce que l’élégance?

Je vous annonce le prochain thème Humeur Bleue : La mode Vintage! J’attends vos questionnements ou vos commentaires là dessus! 😉

Articles similaires Humeur Bleue
Le pantalon et la femme
La mode et l’art
Modéliste, c’est tout un métier
Blogs et surconsommation

Humeur Bleue #18 : Le pantalon & La femme

2012, fin de l’interdiction du port de pantalon pour les femmes

pantalon pour les femmes

La nouvelle avait fait du bruit. La loi, créée en 1800, qui interdisait le port du pantalon pour les femmes venait d’être abrogée. Deux siècles après. Plus un symbole que la fin d’une réelle interdiction, cette abrogation montre à quel point le pantalon est bien plus qu’un simple vêtement, mais un signe de pouvoir.

Porter la culotte

pantalon pour les femmes

Vous connaissez tous cette expression. Celui qui porte la culotte, c’est celui qui commande. Hors, originellement, une culotte est un vêtement dans lequel on a deux jambes distinctes. Comme un pantalon donc. La culotte fait partie du costume masculin depuis le Moyen-Âge et était un signe de supériorité par rapport à la femme qui n’en portait pas. Elle n’était donc pas protégée des salissures telles que la poussière mais également des rapports sexuels… On ne dit pas qu’un bout de tissu est la protection ultime, mais symboliquement, cela signifie quelque chose. La femme ne commencera à porter des culottes (au sens du sous-vêtement) qu’au 19ème siècle sous certaines conditions…

Un combat de longue haleine

pantalon pour les femmes

Pendant longtemps, une femme portant le pantalon était très mal vu. « Femme de petite vertu », « Garçon manqué », étaient la façon dont on les qualifiait. Si bien, qu’il fut interdit de « s’habiller en homme » en 1800. Heureusement, certaines femmes comme George Sand, ont quand même porté le pantalon contribuant au fait que ce vêtement est une sorte de symbole dans la lutte féministe. De plus, le sport et sa démocratisation ont beaucoup aidé à diffuser le port du pantalon aux femmes et notamment le cyclisme. En effet, il fallait faire un choix entre l’indécence de montrer ses fesses nues à vélo ou celle de porter le même costume que l’homme… (Pareil pour les danseuses de l’opéra qui étaient autorisées à porter des caleçons sous leur tutu.)

Et les années de guerre libérèrent le corps de la femme

pantalon pour les femmes

C’est triste à dire mais les deux guerres mondiales furent bénéfiques pour la condition féminine. Les hommes étant au front, les femmes ont commencé à travailler pour les remplacer dans les usines. Et ainsi on a pu dire adieu au corset et… accéder à ce fameux pantalon! D’ailleurs, après la première guerre mondiale, la mode était à la « garçonne » et le pantalon faisait fureur chez les jeunes femmes.

La consécration du pantalon

pantalon pour les femmes

Il faudra attendre les années 60 pour que le pantalon rentre réellement dans la garde-robe de la femme, de tous les milieux et de tout âge. Son succès est retentissant car dès 1965 il y a plus de pantalons qui sont fabriqués que de jupes! Cela ne montre-t-il pas l’envie de la femme d’être l’égale de l’homme? Yves Saint Laurent fera d’ailleurs partie de ceux qui ont contribué à rendre le pantalon plus glamour et donc à susciter l’envie chez la femme. A partir de ce moment, tout le vestiaire masculin sera transposé au féminin. Et cela vient en même temps que l’acquisition de droits sociaux et politiques pour les femmes…

Et aujourd’hui?

pantalon pour les femmes

Aujourd’hui, on ne se pose plus vraiment de question par rapport au pantalon, et pour la plupart des femmes, le port du pantalon est plus courant que la jupe ou la robe. Et même, dans certains quartiers, c’est l’inverse, la jupe est prohibée, si bien qu’on a même dû instaurer une « journée de la jupe ». La question du genre est donc encore bien d’actualité. De même, si en France le pantalon est aujourd’hui accepté, ce n’est pas le cas dans tous les pays…

Si le sujet vous intéresse et que vous voulez creuser un peu la question, je vous conseille de lire le très bon bouquin de Christine Bard : Une histoire politique du pantalon. Il analyse le rôle du pantalon dans l’histoire, comment la femme a pu y accéder et enfin ce que signifie aujourd’hui que porter un pantalon.

Et pour vous, le pantalon représente quoi?

On se quitte ici et je vous dis à très vite pour notre prochaine humeur bleue qui traitera de l’élégance! 😉 Si vous avez des questions à propos de ça ou votre avis à me partager j’en serai ravie! N’hésitez pas également à me communiquer d’autres sujets qui vous intéressent!

Articles similaires Humeur Bleue
Dis-moi comment tu t’habilles je te dirai qui tu es 
Le monde de la mode et ses clichés
La mode, c’est pas que Chanel
T’es dans la mode toi?!
La mode à Paris? Pas toujours!