Consommer mieux : Mon rééquilibrage alimentaire

Repartir de zéro

J’arrive à un moment dans ma vie où j’ai eu comme un déclic. J’ai une envie de plus en plus forte et de plus en plus présente avec le temps. Celle de consommer plus responsable. Nous sommes dans une société où on nous pousse à la (mauvaise) (sur)consommation. Et cela pour tout: alimentation, vêtements, cosmétiques, électronique, etc. On le sait, la planète va très mal. Mais tout n’est pas perdu et nous pouvons tous faire en sorte que ça se passe un peu mieux. Et cela passe notamment (et c’est d’ailleurs le plus facile) par notre façon de consommer.  Alors voilà, j’ai décidé de remettre mes compteurs à zéro par rapport à tout ce que j’achète et d’essayer autant que faire se peut, d’avoir un meilleur impact sur l’environnement. Je consacrerai d’autres articles à propos de tout ça c’est certain, et notamment dans ce que je sais le mieux faire, la mode. Mais pour l’heure, je souhaite d’abord vous parler de mon rééquilibrage alimentaire.

Manger plus Bio

rééquilibrage alimentaire

Ma première résolution est de manger plus d’aliments issus de l’agriculture biologique. Et ce pour plusieurs raisons. En effet, l’agriculture biologique respecte l’environnement, préserve les sols (et donc l’eau!) des produits chimiques, elle consomme moins d’énergie et d’eau. Et qui dit moins de produits chimiques sur les produits, dit moins de produits toxiques dans mon corps! Alors oui, c’est un peu plus cher que des produits traditionnels mais notre santé (et la planète) n’en vaut-elle pas le prix? De plus, il est vrai que les produits transformés bios sont assez onéreux, mais les produits de base (céréales, fruits, légumes…) ne le sont pas beaucoup plus… En tout cas, aujourd’hui, il y a certains aliments que j’achète exclusivement bios (bananes, citrons, plats cuisinés) car leur version classique me paraît bien trop mauvaise pour mon corps…

Manger moins de produits animaux

rééquilibrage alimentaire

L’une des plus grandes sources de pollution aujourd’hui est l’élevage. Et notamment l’élevage de bovins. Ainsi, manger moins de produits issus d’animaux est meilleur pour l’environnement. On a longtemps cru que les protéines animales étaient supérieures aux protéines végétales. Pourtant, c’est faux et la science ne cesse de le démontrer. Personnellement, je n’ai pas choisi de remplacer TOUS les produits animaliers, mais seulement une partie de temps en temps. Ainsi, par exemple, j’aime utiliser du lait de soja (mais pas trop de soja non plus) ou de coco dans mes plats à la place du lait de vache ou de la crème fraîche.

Limiter ma consommation de viande

rééquilibrage alimentaire

Manger moins de produits animaux sous-entend également de réduire sa consommation de viande. J’avoue que pendant longtemps je pensais que les plats végétariens étaient fades et tristes. Et puis, je me suis un peu renseignée et je prends aujourd’hui un réel plaisir à cuisiner sans viande! Pour m’inspirer, j’achète de temps à autres des magazines de cuisine végé ainsi que des livres de recette… Je ne suis jamais ce qui est dit à la lettre mais au moins ça donne des idées d’association d’aliments! Cuisiner sans viande me pousse à être plus créative et à sortir de mes retranchements.

De la viande oui, mais de qualité

rééquilibrage alimentaire

Comme je vous l’ai dit, je n’exclus pas la viande (ou le poisson) de mon alimentation. Cependant, je ne mange pas n’importe quelle viande! A présent, la qualité passe avant la quantité. Je l’achète donc chez le boucher de mon quartier ou au marché, je la veux locale. Encore une fois, l’élevage intensif (et toutes les problématiques que cela soulève) me pose problème mais aussi la quantité monstre d’antibiotiques injectée dans ces pauvres animaux. Et en mangeant cette viande, on ingurgite également ces médicaments… C’est tout de suite moins appétissant. Et question goût, y a pas photo, la viande de votre boucher est bien meilleure que celle du supermarché! Évidemment, cela a un coût ce qui signifie que j’ai réduit la quantité de viande achetée. De toute façon, on mange bien trop de protéines animales donc je n’en retire que des avantages.

Fruits et légumes locaux et de saison

rééquilibrage alimentaire

La dernière étape de ce rééquilibrage alimentaire concerne les fruits et légumes. A présent, je n’achète que des produits de saison et locaux, quand c’est possible car j’avoue ne pas pouvoir me passer de bananes. Déjà, le fait qu’ils soient de saison fait baisser les prix. Mais aussi, si vous mangez des fraises en plein hiver c’est que forcément elles viennent de loin : elles ont donc pollué pour parvenir jusqu’à vous et elles ne doivent pas être très fraiches (et donc moins de vitamines!). Encore une fois, j’essaie de privilégier des produits issus de l’agriculture biologique mais quand ce n’est pas possible je me réconforte en me disant qu’au moins, puisqu’ils sont locaux, ils ont probablement reçus moins de pesticides que dans certains pays…
Vous pouvez d’ailleurs trouver des calendriers des fruits et légumes de saison ici par exemple! 🙂

Être plus exigeante quant à mes repas en ville

Évidemment, je fais plus attention à où je mange quand ce n’est pas moi qui cuisine. J’ai banni les chaînes de fast food (d’ailleurs je bannis également certains produits et marques de mon alimentation comme le fameux Coca Cola). J’essaie autant que faire se peut d’aller dans des restos où la cuisine est faite maison avec de bons produits… Cependant, je n’ai pas non plus envie que mes pratiques alimentaires soient un frein dans ma vie sociale. Donc quelques exceptions sont aussi parfois acceptées!

Je sais bien que mon rééquilibrage alimentaire n’a rien de parfait, je fais des efforts mais bien sûr je pourrais faire mieux. Je pense qu’il y a un temps pour chaque chose, et c’est déjà pour moi un grand pas quand on pense qu’il y a un an je mangeais encore des raviolis en boîte de supermarché. C’est difficile de changer tout son quotidien d’un coup et j’y vais donc pas à pas. Je souhaite à présent tendre vers le zéro déchet, ou du moins réduire considérablement la taille de ma poubelle! Affaire à suivre donc! 😉

Et vous, un rééquilibrage alimentaire? Des conseils à me donner?

Articles similaires
Humeur Bleue #6: Consommons responsable
Humeur Bleue #5 : Blogs et surconsommation
Trois bonnes adresses lyonnaises #4 : Spécial goûter
Humeur Bleue #10 : Mode & Made In France
Humeur Bleue #8 : Fraterline, acheter tout en changeant la société

Suivez moi sur Instagram!

8 réflexions au sujet de « Consommer mieux : Mon rééquilibrage alimentaire »

  1. Je suis déjà dans cette optique plus de lait de vache ni de crème. Le beurre je le remplace au maximum par de l’huile de coco.
    Mon boucher est en circuit court et je vais chez mes petits producteurs 😉
    Biz Jeny

    Répondre

    1. J’avoue que j’ai encore beaucoup de mal à me passer de produits laitiers… Par contre boucher et petits producteurs, un grand OUI!

      Répondre

  2. Bravo pour tous ces changements !

    Par rapport aux légumes, malheureusement local ne signifie pas nécessairement moins de pesticides, la France en étant le pays le plus consommateur d’Europe. Par contre, il y a pas mal de solutions pour des fruits et légumes bio très peu chers avec les AMAP & paniers de producteurs un peu partout dans Lyon, ou encore le magasin Ma ferme en ville (vers Massena) (pas de label bio mais des petits producteurs qui évitent autant que possible les traitements chimiques).

    Répondre

  3. Super intéressant cet article ! ça me touche particulièrement parce que j’ai entrepris la même démarche. Ce serait vraiment sympa de discuter sur le sujet à l’occasion ! En tout cas bravo pour tous ces changements !

    Répondre

  4. J’ai fait le même cheminement que toi. La nouvelle année est un beau prétexte également pour se motiver davantage. J’en profite d’ailleurs pour t’en souhaiter une merveilleuse ! Bon week-end 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.