Mermaid 2.0

Je vous avais proposé un tuto coiffure pour une crinière de sirène dernièrement, voici le look que j’ai décidé de marier avec ! 😉 Un look de sirène? Pas vraiment. Car à ce moment là j’imagine plutôt des vêtements brillants, couleur vert d’eau. Tandis que là, j’ai opté pour une tenue entre gris et noir, dans un environnement ultra contemporain. Si le personnage de la sirène avait été créé aujourd’hui, qui sait, peut-être ressemblerait-il à cela?

Laissons un peu la sirène de côté, car je porte ici une robe que j’avais hâte de vous montrer! Entre vêtement de travail et kimono, je ne sais pas vous mais moi elle m’évoque tout un tas de choses. Ultra confortable et pratique à porter, j’aime aussi son originalité et sa coupe que je n’avais vu nulle part ailleurs.

Confluence est décidément un lieu que j’apprécie. Pour les shootings certes, mais aussi pour se balader. C’est un endroit à part dans Lyon, on se sent comme ailleurs. C’est un quartier où j’aurais aimé habiter je pense également. Mais l’opportunité ne s’est pas présentée. Et je vous l’annonce à présent, je quitte Lyon fin septembre pour de nouveaux horizons… Peut-être pas définitivement, je ne sais pas encore ce que la vie me réserve! 😉 Ce qui est sûr c’est que je reviendrai de temps en temps, je suis dingue de cette ville elle va assurément me manquer! Mais voilà, j’ai tant de choses à vivre et de lieux à découvrir qu’il serait dommage de se borner à rester ici. Quant à ce que je fais en septembre, ceux qui me suivent sur Instagram sont déjà au courant… 😉

look

Robe : Uniqlo – Chaussures : & Other Stories – Sac : Lancaster – Lunettes : Pull & Bear

A très vite 🙂

Newsletter

Restons connectés!

Un instant...

Merci et à très vite 🙂

Articles similaire
Arc-en-ciel
Dégradés
Climbing to paradise
Automne à paillettes

Tuto pour une jolie coiffure de sirène!

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez sûrement pu voir que j’ai été invitée par Calor lors du casting Elite Model Look pour découvrir leurs produits (eh non je ne me suis pas présentée comme mannequin, je suis de toute façon trop vieille 😉 ). L’occasion pour moi de me faire coiffer, et ayant des cheveux plutôt lisses par nature, de voir un peu ce que cela donnerait s’ils étaient bouclés!

calor elite model look

Et j’ai beaucoup aimé le résultat! Du coup, j’ai reçu il y a peu le fer à boucler Calor for Elite Model Look de 16mm de diamètre, permettant de former de jolies boucles serrées, idéales pour mes cheveux très fins et souples si on veut avoir un résultat. Ils disposent cependant de toute une gamme qui s’adaptera à chaque type de cheveu sur leur site! 😉

tuto coiffure

Le plus de ce fer, est d’abord son embout thermo-isolant qui évite ainsi bon nombre de brûlures… Soyons honnêtes un petit accident est vite arrivé avec ce genre d’appareil! Ce que j’apprécie aussi, est que sa température est au maximum de 135°C, et ça, mes cheveux me disent merci car je crains qu’avec la décoloration ils ne supportent pas une température plus élevée…

boucleur elite

Du coup, j’ai voulu tester moi-même ce que donne ce fer à boucler, car on le sait aussi, le résultat n’est pas toujours probant quand on n’est pas coiffeur… Sachant que je n’aime pas non plus passer des heures à me coiffer, surtout le matin car je n’ai vraiment pas le temps, j‘ai décidé d’opter pour une coiffure simple et rapide mais qui fait quand même son petit effet!

Je vous propose donc un petit tuto coiffure très simple que vous pourrez facilement reproduire chez vous, que vous ayez un fer à boucler ou même un lisseur!

Tout d’abord, pensez bien à protéger vos cheveux de la chaleur avec un produit adapté. On ne le dira jamais assez mais tout ce qui chauffe abîme votre crinière… Il existe vraiment de super huiles dans le commerce qui ne rendent pas les cheveux gras et qui font super bien leur travail. Personnellement, j’ai opté pour le Silk Infusion de Chi, mon petit produit miracle qui fait des merveilles. Pas vraiment conçu pour protéger des lissages ou autres mises en forme thermiques, il fait quand même bien son travail car il agit pour protéger le cheveu et le reconstruire.

Tuto coiffure pas à pas pour une crinière de sirène!

tuto coiffure

-Bien brosser ses cheveux pour qu’ils soient démêlés
-Faire une raie au milieu commençant à peu près au milieu de crâne
-Faire une petite tresse de chaque côté de la tête et la maintenir par une épingle derrière la tête
-Boucler les cheveux non tressées avec un fer à boucler ou un lisseur en faisant bien attention de tourner le fer dans un sens différent (une fois vers le visage, une fois vers l’extérieur) pour une mèche sur deux afin de donner un effet wavy
-Passer la main dans les boucles, ébouriffer un peu les cheveux pour rendre les boucles plus floues
-Enlever les épingles et mettre une jolie barrette sur les tresses
-Le tour est joué! 🙂

Alors, vous aimez le résultat? 🙂

A très vite avec un look reprenant cette coiffure héhé

Articles similaires
D’Apollon à Athéna
Comme une princesse de dessin animé
Décolorer et entretenir ses cheveux
Un jour gris, avec cette fausse brume qui s’attache aux arbres sans feuilles

Humeur Bleue #15 : Vis ma vie de Styliste Textile

Pourtant indispensable, s’il y a bien quelqu’un d’oublié dans la création d’un vêtement c’est le styliste textile.

styliste textile
JCrew

Le styliste textile est à la base de toute création comprenant du tissu. Pourtant, son nom n’est généralement jamais cité. Il existe de très grosses maisons de créations textiles. Pourtant quasiment aucunes ne sont connues par le grand public. On ne voit que le produit final, et la griffe apposée dessus. Toutefois, si le styliste vêtement doit composer avec la contrainte du tissu et du motif, le styliste textile est quant à lui complètement libre. (à un certain degré hein, vous imaginez bien qu’il a quand même un chef qui lui donne des directives). Pour moi, son travail est donc plus créatif encore.

design textile
Marimekko

Mais du coup, quel est le rôle du styliste textile?

Analyser les tendances

Le styliste textile est le premier concerné par les tendances, qu’il doit connaître un an et demi en avance par rapport au rythme des collections. Et ouais, il vit dans le tur-fu t’as vu! 😉 Il va donc de salon en salon pour se tenir au courant des couleurs qui seront à la mode, des nouvelles technologies ou encore des nouveautés qui vont être incontournables. Ça, c’est son job pour devancer la demande du client (qui peut être n’importe quelle entreprise ou créateur dans le secteur de la mode). Et pour comprendre les attentes de ce dernier, il va aussi analyser les derniers défilés et voir les tendances émergentes, celles qui vont prendre de l’ampleur et qu’il faut donc exploiter en priorité.

design textile
Nelly Rodi
Choisir des tendances

Il est évident qu’il existe une multitude de tendances et qu’à part dans les plus grosses boîtes de création textile où il y a des dizaines de stylistes, il n’est évidemment pas possible de toutes les exploiter. Ainsi, le travail du styliste textile va être aussi de choisir les tendances qui lui semblent les plus pertinentes, notamment par rapport à l’image de son entreprise. Il va alors constituer un « moodboard » ou planche d’inspiration, constituée d’images qui vont l’inspirer pour ses futures créations. Perso, là où je bosse, c’est plutôt un « moodwall »! 😉

design

Créer de nouveaux motifs

On rentre un peu plus dans le vif du sujet. C’est le rôle principal du styliste textile. Cette création de motifs peut se faire par différents biais : la création de dessins par le styliste lui-même qu’il va ensuite interpréter comme motif ; l’achat d’un dessin à un dessinateur ou graphiste que le styliste va interpréter comme motif ; l’achat d’une archive (si l’entreprise n’en dispose pas déjà) qu’il va remettre au goût du jour.
La création de motifs comprend aussi la mise au rapport du dessin, c’est à dire qu’il faut faire en sorte que le dessin puisse se répéter sans qu’il y ait de défaut ou de déséquilibre.
Elle comprend également la coloration, c’est à dire que pour un même motif, le styliste propose généralement plusieurs harmonies de couleurs.
Cette création peut se faire dans le cadre d’une collection qui sera proposée aux clients ou alors lors d’une demande spéciale faite directement par le client.

textile
Liberty London
Le styliste textile, une personne polyvalente

Résumé ainsi, le travail du styliste textile a l’air assez simple. Mais ce n’est qu’en apparence : il ne doit pas juste savoir dessiner. Il y a un énorme travail administratif et logistique derrière tout ça ! Il faut sans cesse suivre les sous-traitants et fournisseurs, vérifier la qualité des pièces de tissus produites, apporter des corrections avant la production, faire du sourcing pour trouver les bons fils lorsqu’on fait tisser des pièces ou les bons fonds d’impression lorsqu’on réalise des imprimés… Et j’en passe tant!

stylite textile
Cerruti
-> Le styliste textile, le point de départ de la création

Vous comprendrez donc que sans styliste textile que ferait le styliste vêtement? Et, comme pour le vêtement où il existe de nombreuses spécialités, le styliste textile peut se spécialiser dans différents domaines : l’impression (il existe de nombreuses méthodes d’impression!), la maille, le tissage (et notamment le jacquard qui permet de réaliser des motifs complexes), la broderie, etc. Il suffit pour se rendre compte de tout ce qu’il existe, d’assister au salon Première Vision où une grande quantité d’entreprises textiles vient présenter ses collections… Il y en a bien sûr pour tous les goûts! 😉

styliste textile
Tory Burch
Et vous, connaissiez-vous ce métier?

Suivez-moi sur Instagram pour suivre mon quotidien de styliste! 😉

A bientôt pour notre prochaine Humeur Bleue où je vous parlerai cette fois d’un sujet moins glorieux : la précarité dans la mode!

Articles similaires
Humeur Bleue #14 : La mode et l’art
Le modélisme c’est quoi?La mode c’est pas que Chanel
Les études de mode, pas que du dessin!

Belle des champs

Non, la belle des champs, ce n’est pas moi! D’abord parce que je suis une vraie citadine mais surtout parce que pour moi il n’y a rien d’égal à la beauté d’une fleur. Les couleurs qu’elles peuvent avoir m’émerveillent, c’est fou ce que la nature peut être époustouflante! Et s’il y a des fleurs que j’aime un peu plus que les autres, le coquelicot en fait partie. J’aime son rouge un peu criard qui nous dit « eh regarde moi, je suis là! », son côté éphémère et sauvage. C’est un peu la « je m’en foutiste » des fleurs, elle pousse n’importe où et parfois là où on l’attend le moins. Dans ce look, je vous propose donc de m’assortir à elle avec ce joli presque dos-nu rouge…

J’ai toujours eu envie de shooter un look au milieu de ces fleurs. Mais l’occasion ne s’est jamais présentée jusque là. Et j’avoue avoir pris beaucoup de plaisir à réaliser ces photos. Des coquelicots et un champ de blé, je ne sais pas vous, mais pour moi ça sent clairement l’été! Bon. On est encore loin du shooting au milieu d’un champ de coquelicots, mais je ne désespère pas, un jour je trouverai le lieu parfait… 😉

Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuitLook coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit Look coquelicot blog mode bleu de minuit

Je porte:

Haut : & Other Stories – Pantalon : Pull and Bear – Chaussures : & Other Stories – Sac : American Apparel – Bracelet : Hermès

A très bientôt 🙂

Suivez-moi sur Instagram pour plus de contenu !

Articles similaires
It’s time to spring!
Au fil du Rhône
Le cas du dos nu
Flower Power

Trois bonnes adresses lyonnaises #2: Spécial cuisine du monde

A défaut de pouvoir voyager comme je l’aimerais (faute de moyen et de temps surtout), j’emmène mes papilles un peu partout dans le monde en goûtant des cuisines venues de tout horizon… Je vous emmène avec moi dans ce voyage culinaire à travers trois bonnes adresses à Lyon que j’ai testé et validé! 😉

Raj Mahal – L’Indien au cœur du Vieux Lyon
Raj Mahal bonnes adresses à Lyon

La cuisine indienne est une de mes préférées, bon ok faut aimer les épices et les viandes en sauce mais moi j’adhère complètement! 😉 Du coup j’ai testé le Raj Mahal, situé dans le quartier St Jean! Une déco ultra kitsch qui vous met direct dans l’ambiance, j’adore! Côté cuisine, j’ai opté pour un menu Dégustation à 20.90€ : en entrée un « Mixed Pakora », des beignets de légumes à la farine de pois chiche et aux épices, succulent mais il faut avoir un grand appétit car la quantité est énoooorme! Plus un nan, ce fameux pain indien, au fromage, à déguster avec diverses sauces dont ma préférée à la menthe. Ensuite, en plat, j’ai pris un boeuf mughlai corma (à tes souhaits!) qui est en gros du boeuf dans une sauce au safran et à la noix de cajou. Une sauce douce d’ailleurs pour ceux qui ont du mal avec le trop épicé! 😉 Le tout accompagné de riz bien évidemment. Je peux vous dire que j’ai eu énormément de mal à finir, c’était hyper bon mais il y en avait bien trop pour moi! Du coup, j’ai donné mon dessert à mes amis, rien de bien compliqué, un duo de glaces, mais moi impossible d’avaler quoi que ce soit de plus! En tout cas, je vous le recommande, car cuisine vraiment délicieuse mais peut être un poil cher par rapport à ce que je paie d’habitude dans ce type de restaurant…

Raj Mahal – 10 rue Saint Jean – 69005 Lyon

La Cevichela – Le Pérou dans l’assiette
La Cevichela bonnes adresses à Lyon

Je ne connaissais pas spécialement la cuisine péruvienne et n’avais jusqu’alors jamais entendu parler de la fameuse ceviche. Qu’est-ce que c’est? Un plat à base de poisson cru mariné dans du citron pardi! Et croyez-moi, c’est fort bon! 😉 12€ l’assiette, à manger avec du quinoa ou une purée de patates douces… Plus conçu comme un bar à ceviche qu’un restaurant, on y sert également de très bons cocktails (dont le Pisco Sour, cocktail péruvien national à goûter forcément!) et la déco y est vraiment très soignée. Pour les gros mangeurs, attention, les portions ne sont pas très copieuses… Pensez donc à prendre des amuses-bouches pour commencer par exemple, mais attention l’addition peut vite devenir salée!

La Cevichela – 18 rue de Bonald – 69007 Lyon

La Voie Himalaya – A la découverte du Népal et du Tibet

La Voix Himalaya bonnes adresses à Lyon

C’est peut-être mon coup de cœur de l’article… Je ne connaissais absolument pas ce type de cuisine mais j’étais très curieuse de la découvrir! Eh bien, comme vous pouvez vous en douter vu que je vous en parle ici, j’ai été conquise! Assez proche de la cuisine indienne (on retrouve des naans, beaucoup de plats en sauce) ou chinoise (beaucoup de soupes également), normal puisque l’Himalaya est coincée entre ces deux pays, je n’étais pas vraiment en terrain inconnu… Mais tout de même, un vrai ravissement pour les papilles! Plusieurs menus sont proposés (de 17 à 27€) dont deux végétariens. En tout cas, très bon rapport qualité/prix, le mien était à 21€ avec entrée-plat-dessert et on n’a pas faim en ressortant (loin de là). J’ai opté pour une Soupe thenduk (soupe de pâtes, poulet et légumes), kukhura ra saag (épinards au poulet) puis une salade de fruits parce qu’impossible pour moi d’avaler quelque chose de plus consistant après tout ça! Goûtez aussi pour digérer l’infusion gingembre/miel…

La Voie Himalaya – 278 rue Garibaldi – 69003 Lyon

Vous aurez aussi sûrement un second volet parce que je suis toujours à l’affut de nouvelles cuisines… D’ailleurs si vous avez des adresses, je suis preneuse comme toujours! 😉

Par ailleurs, si vous aimez les brunchs, consultez mon article sur Trois bonnes adresses lyonnaises spécial brunch!

A bientôt et bon appétit! 🙂

De 1980 à 2000

Si vous me suivez sur Instagram ici, vous avez sûrement déjà dû voir une de ces photos… 😉

A la base, j’ai fait ce look pour un défi. Il s’agissait de concocter une tenue composée d’une tendance du printemps-été 2017. Autant vous dire que pour moi ça a été très compliqué car je n’ai pas la sensation de m’habiller en fonction des tendances et que je ne voyais donc pas trop comment me vêtir pour ce défi…

Mais finalement, encore une fois, ce challenge m’a forcé à sortir de mes habitudes vestimentaires, pour vous proposer quelque chose qui justement ne ressemble pas à ce que je vous propose habituellement. Mais impossible tout de même pour moi de me cantonner à UNE tendance, ça je ne sais pas faire. Donc c’est un combo, un deux en un de la tendance années 80 et de celle années 90. Un petit voyage dans le temps en quelque sorte! 😉

On ressort donc la casquette, les créoles, les baskets de sport, le pantalon en (faux) cuir avec le body-bustier ainsi que la veste en jean courte et sans manche. Et boum, bienvenue dans la machine à remonter le temps! 🙂

Parlons-en d’ailleurs un peu plus de ces créoles! Elles m’ont été offertes par Bijoux Chérie, un e-shop avec plein de bijoux sympas, j’adore surtout leur côté ethnique! Mes boucles d’oreille sont en nacre un peu rosée, donc très facile à assortir et je les adore! 🙂 Mais je vous assure, qu’il y a beaucoup d’autres bijoux qui me font craquer héhé… Retrouvez d’ailleurs d’autres bijoux en nacre sur le site!

Le défi, quant à lui, a été annulé, pour diverses raisons. Mais je me suis dit que ça aurait été bête de ne pas vous le partager quand même!

 

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Bleu de Minuit Blog Mode Lyon

Veste : Mango – Pantalon : H&M – Body : Pimkie – Baskets : Nike – Casquette : New Era – Boucles d’oreilles : Bijoux Chérie – Collier : ramené de Dubaï – Sac : Vintage

Et vous, une tendance coup de coeur pour cet été?

A très bientôt 🙂

 

Un weekend à Genève Jour 2

Ce deuxième jour à Genève a été bien rempli par rapport au premier (vous pouvez d’ailleurs retrouver l’article ici) pourtant on ne s’est pas levé aux aurores!

Nous avons décidé de passer la fin de notre matinée dans le quartier des Pâquis, qui nous avait été chaudement recommandé, et à juste titre!
genève drapeau suisse

Nous trouvant de l’autre côté du lac, nous avons décidé, pour gagner du temps mais surtout économiser un peu nos petites jambes, de prendre la navette reliant un bord à l’autre du lac. C’est quand même hyper agréable de se rendre d’un point à un autre en bateau! C’est là qu’on se sent vraiment en vacances…

genève bains des paquis

Le temps de traverser le lac, et parce que je vous dis, on ne s’est pas vraiment levé tôt, il était déjà l’heure du déjeuner. Et ça tombe bien car il y a, aux Bains des Pâquis, une petite buvette bien sympa et vraiment pas chère qu’on nous avait également conseillé.

genève buvette des pâquis

La buvette, c’est un peu comme la cantine. On se balade avec notre plateau et on s’installe une fois servi là où il y a de la place! Perso, j’aime bien cette ambiance, c’est assez convivial et l’endroit est super mignon. Et comme je vous l’ai dit, les prix sont vraiment corrects pour Genève! Alors foncez-y et n’hésitez pas à goûter leur délicieuse fondue au crémant

genève bain des pâquis

Des places en extérieur sur la terrasse pour les beaux jours mais il y en a aussi à l’intérieur car la buvette est ouverte toute l’année! Un lieu incontournable, ne serait-ce que pour un café!

genève bains des pâquis

Aux Bains des Pâquis, on sent comme un souffle de liberté. L’impression d’être plusieurs années en arrière, que le temps s’y est arrêté et qu’il n’a gardé que le meilleur. Au milieu des banques, des palaces de Genève, c’est très étonnant de voir ce genre de lieu, très populaire, où on se sent un peu comme chez soi!

genève lac

En plus de la buvette donc, vous trouverez des plages, un bain turc, des cabines de massage, des terrasses… Vous l’aurez compris cet endroit a été un vrai coup de coeur, si bien qu’au lieu d’y rester juste pour le repas, nous y sommes restés aussi un peu en début d’après-midi.

genève phare

Et tout au bout de la jetée des Pâquis, se trouve ce joli petit phare blanc qui signale l’entrée de la rade de Genève et qui serait visible à 36km de là!

genève poésie

Bref, un lieu rempli de poésie, comme cela est si bien indiqué sur un des promontoires visible depuis les quais de la rive droite ou le lac.

genève pâquis

Et une dernière photo d’ensemble pour le plaisir avant de nous rendre ailleurs… 😉

genève parc monrepos

Cette rive droite regorge de lieux à découvrir. A commencer par le Parc Mon Repos qui désigne un ensemble de six parcs (rien que ça) qui se succèdent le long de la rive droite du lac Léman : en partant des Pâquis vous passerez donc par le parc Mon Repos, le parc Moynier, le parc de La Perle du Lac, le parc Barton, le parc William Rappard et le jardin botanique.

genève perle du lac

Nous les avons donc tous parcourus, en suivant le lac et je dois avouer que c’est une balade particulièrement agréable! De jolies fleurs un peu partout, de très belles bâtisses et une ambiance assez particulière. J’ai vraiment été surprise de voir autant de barbecues dans un même endroit! Certains appartenant à la ville et mis à disposition ou alors les gens qui ramènent carrément les leurs!

genève jardin botanique

Une mention spéciale pour le jardin botanique avec ses grandes serres contenant toutes sortes de plantes venues des quatre coins du monde! Si vous aimez les fleurs, ou d’une manière plus générale la flore, vous serez comblés! Et tout est gratuit…

genève jardin botanique

Un air d’Alice au Pays des Merveilles, ce jardin est aussi idéal pour se poser un moment et apprécier le calme au plus près de la nature. Ce que nous avons d’ailleurs fait en milieu d’après-midi car après tant de marche la fatigue a commencé à se faire sentir.. 😉

genève domaine de penthes

Nous avons ensuite remonté tout le jardin pour nous rendre au Domaine de Penthes, un énorme parc avec une superbe vue sur le lac et le Mont Blanc, et son petit château qui a accueillit d’illustres nobles dans le temps et qui est aujourd’hui le musée des Suisses dans le Monde.

genève musée ariana

Nous avons poursuivi notre route vers le quartier des Nations, en passant devant le joli musée Ariana, inspiré d’un palais italien, qui abrite de nombreuses collections de verre et de céramique.

genève palais des nations

Puis nous sommes passés devant le Palais des Nations, le second centre de l’ONU, fermé le dimanche donc nous n’avons pas pu le visiter mais avec regret car il paraît que c’est très intéressant. En tout cas, un édifice qu’on ne peut pas rater tant il est imposant!

Et c’est ainsi que notre deuxième jour s’achève, lessivés par tant de marche je l’avoue! 😉

A bientôt pour le troisième et dernier jour! 🙂

Un weekend à Genève Jour 1

Je me suis rendue à Genève pour le weekend de Pâques, profitant de ces trois jours off pour bouger un peu de Lyon et aller respirer un air plus frais! 😉

J’y suis allée un peu comme ça, je ne connaissais pas du tout, et j’y suis d’ailleurs allée surtout parce que c’est à 2h de Lyon environ, me permettant de vraiment profiter du weekend et ne pas perdre de temps dans les transports. Question de budget aussi, avec mon salaire d’alternant je ne peux pas trop me permettre de folies… Du coup, j‘ai tenté l’expérience Flixbus pour la première fois! Bon, pour un petit trajet comme celui là ça va mais pour un trajet plus long c’est quand même assez inconfortable! Puis il ne faut pas être pressé… Surtout si vous passez des frontières car il y a de grandes chances de vous faire arrêter par la douane pour des contrôles, de tous les passagers évidemment. Par contre le prix est imbattable, 30€ aller-retour pour un weekend de Pâques je dis OUI!

J’ai décidé de vous faire un petit report de mon weekend par jour de visite, un petit peu comme un guide en fait! 😉

genève

Pour une question de budget aussi, nous avons opté pour l’option AirBnb. 140€ les 2 nuits, c’est abordable, surtout à Genève où la vie est très chère (plus de 2€ un croissant par exemple, inimaginable en France). Nous sommes tombés dans un quartier très sympa : les Eaux-Vives, tout proche du Lac Léman et du fameux Jet d’Eau. Le bon gros point fort est que depuis cet endroit vous pouvez à peu près tout faire à pied (si vous aimez marcher cela va de soi), et pour moi ce n’est pas négligeable car je n’aime pas trop les transports en commun surtout dans une ville que je ne connais pas… Mais sinon pas d’inquiétude le quartier est très bien desservi!

genève
La Tour du Molard

Arrivant en tout début d’après-midi, cela n’a pas été la journée la plus remplie, mais quand bien même nous avons pu faire de chouettes visites! Nous avons ainsi commencé par la ville haute, le noyau historique de Genève, dont les ruelles silencieuses et pavées sont perchées sur une colline, on se croirait presque dans un village!

genève
Cathédrale Saint Pierre

Partant de la Place du Molard (oui oui, ils ont des noms assez surprenants), nous avons rejoint la cathédrale Saint Pierre par un dédale de rues. A faire absolument, la crypte de la cathédrale qui nous montre des fouilles et des vestiges qui datent de l’an 350! Si vous aimez l’archéologie vous adorerez!

genève

A ne pas manquer également, et toujours dans la cathédrale, la Tour Nord qu’il est possible de monter (157 marches, soyez prêts) afin d’avoir un superbe panorama sur la ville, le lac et les Alpes. Rien que ça. Vous pourrez aussi voir tout au long de l’ascension une des cloches de la cathédrale, la Clémence.
Faites aussi un tour au Parc des Bastions afin de voir le Mur des Réformateurs, très célèbre, illustrant l’histoire de la Réforme en Europe.

genève

Après avoir arpenté les ruelles de la ville haute, nous avons décidé de nous balader jusqu’à La Jonction. La Jonction, c’est là où le Rhône et l’Arve se rencontrent. Les guides en parlent peu, pourtant j’ai trouvé que c’était une très belle facette de Genève : sauvage, pleine de vie avec tous ses barbecues et surtout pleine de beauté! A voir aussi pour ses couleurs, l’eau de l’Arve étant beaucoup plus froide que celle du Rhône elle est aussi plus claire et verte! C’est donc amusant de voir les deux eaux se mélanger…  

genève

Se promener le long du Rhône est dans tous les cas très agréable. J’ai vraiment été surprise de découvrir que Genève était une ville très boisée. Ce n’était pas du tout l’idée que je m’en avais fait. C’est aussi une ville surprenante, avec des mignonneries un peu partout à l’image de cette roulotte très colorée qui fait aussi buvette lors des beaux jours (si j’ai bien tout compris…).

genève

Nous nous sommes ensuite redirigés vers le centre ville, en passant devant ce beau bâtiment, le bâtiment des forces motrices, autrefois une usine et aujourd’hui une salle de spectacles… J’aurai été curieuse d’y rentrer mais en ce weekend de Pâques beaucoup de lieux étaient fermés. Dommage, car il y avait plusieurs musées par exemple que j’aurais aimé visiter! Cela me fera une raison pour y retourner! 😉

genève restaurant thailandais

La soirée arrivant vite avec une telle balade, nous sommes ensuite allés manger dans un restaurant thaïlandais apparemment assez réputé à Genève : A-Nam. La ville est assez cosmopolite et regorge de petites adresses proposant une cuisine des quatre coins du monde! Genève n’a pas forcément de spécialité culinaire (si on oublie les plats à base de fromage ou le chocolat bien évidemment), et les restaurants classiques sont souvent chers. A-Nam a donc été pour nous un bon compromis.

A-Nam – boulevard Saint George 66

genève bar

Nous nous sommes ensuite rendus dans LA rue des bars : la rue Ecole de Médecine. C’est fou, cette rue est vraiment remplie de bars et ils sont tous complètement remplis! Nous avons galéré à trouver de la place, puis finalement nous avons réussi à trouver une table à L’établi, le plus vieux bar de la rue, très sympa avec sa jolie déco et ses nombreuses lampes qui donnent un air de ciel étoilé au plafond… Et bien sûr, de très bons cocktails! 😉

L’établi – Rue de l’Ecole de Médecine 3

Puis nous sommes rentrés nous coucher, lessivés de cette première journée… A bientôt pour la suite donc! 😉

Une tenue pour un weekend

Quelques photos prises lors de mon weekend à Genève, dont je vais d’ailleurs prochainement vous parler… 😉
Lorsque je voyage, j’aime être à l’aise dans ce que je porte. L’idée étant de pouvoir me balader toute la journée sans avoir mal aux pieds ou être constamment gênée par une jupe qui se soulève, une bretelle qui tombe, etc.
J’aime être à l’aise mais je n’ai pas non plus envie de me laisser aller. Donc l’option jogging-basket jamais (sauf pour faire du sport bien entendu) ! 😉
C’est donc une tenue plutôt sobre que je vous offre aujourd’hui, mais bien fonctionnelle quand il s’agit de marcher toute la journée et de ne pas passer pour un plouc non plus!

Un jean taille haute, parce que qu’on se le dise, le jean c’est quand même bien pratique non? 🙂 Je les préfère généralement taille haute, pour le style mais aussi parce que j’ai porté bien trop de taille basse plus jeune et qu’aujourd’hui je ne trouve ça vraiment pas confortable.
Un blazer pour donner un petit côté classe à la tenue et quelques couleurs, mes couleurs fétiches, pour relever la tenue dont ce joli vert amande présent à la fois sur mon tshirt, mes boucles d’oreilles et mon écharpe! Quelques touches de rose pour donner du peps et mes petites Vans chéries qui brillent de mille feux, me voilà parée pour arpenter les rues de Genève! 😉

ootd weekendTenue pour weekend Vans tenue weekend tenue weekend tenue weekend tenue weekend tenue weekend tenue weekend tenue weekend tenue weekend cheveux blancs

Blazer : Zara – T-shirt : Stradivarius – Jean : Pull and Bear – Chaussures : Vans – Boucles d’oreille : Bijoux Brigitte – Collier : Roxy

Et vous, votre tenue idéale pour un weekend?

Une newsletter est d’ailleurs à présent disponible sur le blog! Alors n’hésitez pas, promis je ne vous spammerai pas 😉

Newsletter

Restons connectés!

Un instant...

Merci et à très vite 🙂

A bientôt 🙂

L’école est (presque) finie…

Nous sommes en mai et je n’ai qu’un peu moins de deux mois avant que ma scolarité prenne fin. Enfin! Me diront certains 😉

Oui, enfin, car vraiment, je suis arrivée à un stade où je ne supporte plus les études. Le fait de devoir travailler pour des notes avec ce stress d’en avoir une bonne, pour avoir un bon bulletin, pour avoir ensuite une bonne école. Le fait de tomber sur des profs pas toujours compétents, qui attendent de vous bien plus que ce qu’eux vous donnent.

Pendant ma première année d’étude

De plus, mes études sont vraiment très prenantes, et cela non stop depuis maintenant 7 ans. Il est rare que j’aie du temps libre, ne serait-ce qu’une heure. Je ne me rappelle plus de la dernière fois où je me suis ennuyée. Je ne rêve que d’une chose, passer une journée à ne rien faire, à glander chez moi, devant un bon film, sans culpabiliser, sans me dire que j’ai encore du travail à terminer. Je suis aujourd’hui rendue à un stade d’immense fatigue mentale, alors enfin, c’est bientôt la fin, car je ne sais pas si j’aurais pu supporter une année de plus.

Inauguration de la Grotte Chauvet, pour laquelle ma classe a réalisé un projet

Je ne dis absolument pas que je n’ai pas aimé mes études. Au contraire, j’ai eu la chance de très vite trouver ma voie et donc de toujours évoluer dans un milieu qui me plaît. D’apprendre des choses hyper intéressantes, de faire des rencontres qui auront changé ma vie tant professionnellement que personnellement, de vivre des expériences très riches qui m’ont fait grandir. Je garderai de ces années de très beaux souvenirs et rien qu’à écrire ces mots j’ai déjà un peu de nostalgie.

Pendant mon premier « vrai » stage, il y a 5 ans

Mais voilà, j’ai donc d’un côté ce grand soulagement, cette hâte d’en finir avec les études et d’enfin entrer dans la vie active où j’ai d’ailleurs déjà un pied avec l’alternance; et d’un autre côté j’ai beaucoup d’appréhension.  La peur d’entrer dans « le monde des grands ». J’ai l’impression de ne pas être prête, de ne pas maîtriser toutes sortes de choses. Je ne me sens absolument pas « adulte ».

Vous trouvez que je fais adulte? ^^

Et puis, il y a la peur d’avoir fait tout ça pour rien. On évolue dans un contexte où on nous assomme de « si tu n’as pas tel diplôme tu ne trouveras pas de travail », « mais si tu as ce diplôme on ne te prendra pas car tu coûteras trop cher ». Bon, alors, on fait quoi? On va prendre la vie comme elle vient.

Je sais donc que mes études prennent fin mais je ne sais pas du tout ce qui va suivre. Et c’est surtout là que se situe mon appréhension. Je suis dans l’incapacité de me projeter tant que je n’ai pas des éléments concrets. Chercher du travail, certes. Et puis? Dans quelle ville par exemple? Que suis-je prête à accepter? Et si je ne trouve pas? Autant de questions laissées pour le moment sans réponse. Mais je ne doute pas que je saurai y répondre, quand viendra le moment, et d’ailleurs petit à petit je commence à avoir des éléments de réponse.

A peine de circonstance 😉

En attendant, j’essaie de ne pas trop y penser, de vivre le moment présent et de me concentrer sur cette fin d’étude, qui d’ailleurs me demande beaucoup d’énergie. Et puis, disons le, de profiter encore de mes avantages d’étudiante! 😉

Et vous, comment avez-vous vécu cette transition?

A bientôt 🙂