Or noir

Voici mon association de couleurs préférée: le doré et le noir. Je trouve qu’une pointe de doré sur une tenue totalement noire la rehausse, ravive mais aussi la rend plus chic. Mais c’est mon point de vue d’amatrice du bling bling (oui j’aime ce qui brille et alors?).

J’adore ce petit bandeau déniché sur Asos, comme la plupart des vêtements ou accessoires de ce look d’ailleurs, je n’en avais pas mis depuis le primaire au moins!

Je continue aussi sur ma lancée spéciale « col roulé » avec ce deuxième petit haut. L’avantage c’est que c’est un classique, je peux le porter avec n’importe quoi.

Cette petite série de photos où je fais apparemment très russe (oui, c’est ce que mes amis m’ont dit en la voyant, ce doit être l’association cheveux platine et bandeau car on m’a plus souvent prise pour une anglaise qu’une russe en fait ^^) a été prise tout près de la plage de la Concurrence à La Rochelle. Rien de mieux pour vous réveiller qu’une bonne bouffée d’air frais! 😉

PC260111 PC260115 PC260117 PC260121 PC260126 PC260127 PC260139 PC260151

T-shirt, Chaussures, Bandeau, Bijoux : Asos – Jupe : Monoprix – Sac : Lancaster

A très bientôt 🙂

Le jour où j’ai repris la danse classique

J’ai fait de la danse classique pendant une bonne partie de mon enfance. Et puis en entrant au collège, j’ai eu envie de tenter autre chose, de la natation à la boxe en passant par l’escrime ou le yoga, j’ai depuis testé une multitude de sports en tout genre, quasiment un par an. Et puis, après le lycée, lors de ma première année à Lyon, je me suis rendue compte que la danse me manquait, et c’est alors qu’un long périple pour trouver un cours de danse classique adulte pas trop trop cher a commencé. Je n’ai pas été capable d’en trouver, du coup j’ai essayé la danse contemporaine. Mais je ne sais pas, je n’ai pas été vraiment conquise, je ne pense pas que tous les cours de ce type de danse soient pareils, mais en ce qui concerne celui auquel j’ai participé c’était plus de l’expression corporelle, prendre conscience de son corps et de ses gestes, apprendre à occuper un espace, que de la danse pure et dure.

b07c3e614bf795c0ba8abdddbc744a59

L’année d’après, une amie m’a entrainé dans des cours d’un autre type de danse : le rock et la danse de salon. Là par contre, j’ai adoré! Mais bon, on est encore assez loin de la danse classique. J’avais d’ailleurs déjà abandonné l’idée et en arrivant à Nîmes ce sont des cours de rock que j’ai cherché et non de classique. Je n’ai d’ailleurs rien trouvé qui me convenait.

53be8d38ae8381119d25f38359bde5ac

Et finalement, lors de ma deuxième année à Nîmes, j’ai appris qu’une amie avait trouvé un cours pour adulte de danse classique, pas trop cher, pas trop loin de chez moi, l’idéal quoi.
Ni une ni deux, je suis allée avec elle, et une autre amie qui voulait aussi reprendre le classique, pour essayer un cours, histoire de voir si ça me plairait, car entre les souvenirs et la réalité c’est parfois très différent.
Et je n’ai pas été déçue!

12313554_508384819337349_4059845139554171835_n
Bon ok je suis pas trop à mon avantage sur cette photo mais faut savoir que c’était à la fin du cours hein! Après avoir bien transpiré quoi.

Bon c’est vrai que côté souplesse j’ai pas mal perdu… (Grand écart bonjour!) Mais ça reste une activité à la fois artistique ET sportive (le premier qui me sort que la danse n’est pas un sport je l’étouffe avec mes ballerines! 😉 ) car oui, en danse classique on se dépense, on rougit, on transpire et on a de terribles courbatures!

bf42b0e4d105e5cc747e3dc8aa993fbe

L’avantage avec la danse, c’est que je suis tellement concentrée sur ce que je fais (se rappeler des pas, suivre le rythme, exécuter correctement les mouvements…) que j’oublie tous les tracas du quotidien, chose qui ne se passe pas forcément quand je vais courir ou nager par exemple.

La danse m’apporte aussi de la fierté, quand je réussis enfin un pas, que je ne me trompe plus, que mon grand écart se rapproche du sol… Bref, je ne regrette pas d’avoir repris et je me demande même pourquoi j’avais arrêté!

Et vous, avez-vous déjà testé la danse classique?
Y a-t-il un sport auquel vous aimeriez vous remettre?

Bonne soirée! 🙂

Essentiels

Nous avons tous, je pense, chacun nos essentiels en matière de mode. Ces vêtements qui nous suivent au fil des ans et dont nous ne nous lassons pas. Parce que nous les trouvons toujours aussi beaux, parce que nous y sommes attachés, parce qu’ils sont si confortables et pratiques.

Vous l’aurez deviné, c’est le cas de chaque pièce qui compose cette tenue.

Cette jupe, j’ai dû l’acheter alors que j’étais en première, oui oui rien que ça. Elle est pour moi indémodable. En même temps, la mini-jupe noire est ce qu’il y a de plus classique finalement. Ce pull je pense que je l’ai déniché en terminale, je me souviens que j’étais à Paris, qu’il faisait très froid et que je cherchais surtout une paire de gants. Ces chaussures, je les ai usées jusqu’à la moelle. Je les porte tous les jours quasiment, et ce depuis quatre ans. Il est temps que je les renouvelle. Enfin, concernant le sac, c’est l’unique Tote Bag que j’ai et vous savez vous-même à quel point ce genre de sac peut se révéler pratique: on y met tant de choses!

P1130279 P1130284 P1130286 P1130287 P1130288 P1130290P1130293 P1130294 P1130295 P1130301

Pull : American Apparel – Jupe : Monoprix – Chaussures : Fouganza – Collants : Calzedonia – Sac : récupéré pendant le Salon Tranoï – Bracelets : rapportés de Côte d’Ivoire – Montre : Just2You – Collier : Giorgio Brato

A très bientôt 🙂

Humeur Bleue #2 : Les études de mode, pas que du dessin!

humeur bleue

Quand on me demande ce que j’étudie, s’ensuit presque toujours deux types de réaction. La première: ah mais tu fais du dessin en fait. La seconde: mais… y a des débouchés? Je traiterai la question du débouché une autre fois, puisque aujourd’hui je vais vous parler uniquement des études de mode et en quoi elles consistent. Et non, je fais pas du dessin en fait. D’ailleurs, j’aime pas trop dessiner.

Yves Saint Laurent
Yves Saint Laurent

Du coup, qu’est-ce qu’on étudie quand on veut être styliste, designer de mode? Je vais uniquement vous parler de ce que je connais bien, et donc du BTS Design de mode, pas des autres écoles (Chambre syndicale, ESMOD, Studio Berçot etc.) puisque je n’y suis jamais allée. Mais je pense de toute façon que, si la qualité de l’enseignement n’est pas la même partout, le contenu reste sensiblement le même. Ben oui, on va pas vous apprendre à poser du parquet! 😉

9e12388df3e82095e132e34224ea590a

Alors oui, c’est vrai, on fait du dessin. Mais ce n’est pas vraiment l’étape la plus importante. Car tout commence par la réflexion, la recherche. Selon les profs, soit on vous laisse travailler sur ce que vous voulez soit on vous donne un thème, et c’est généralement le plus courant. Dans ce thème, vous essayez de trouver un sous-thème qui vous inspire plus que les autres. Exemple : j’ai eu en première année le thème « Seul », certains ont décidé de travaillé sur l’introspection, d’autres sur la dépression ou la maladie, le silence…
Une fois votre thème trouvé, arrive alors toutes les recherches: toutes sortes de définitions, de textes sociologiques, philosophiques… Bref, de quoi trouver une problématique lié au sujet, on ne crée pas juste comme ça pour le fun, non il faut aussi faire passer un message via le vêtement. Ensuite, on recherche des références, des artistes, des créateurs qui ont déjà travaillé sur le sujet ou qui de par leur manière de travailler vous y fait penser.

864e1be4fa750f6660b80f2fdc6938e0

Mais les recherches, ce n’est pas seulement rechercher ce qui est déjà existant. C’est aussi commencer à réfléchir à comment vous pourriez vous approprier le sujet. Quelles couleurs, quelles matières, quelles formes pourraient convenir. Souvent, on vous demande à cette étape de réaliser une œuvre d’expression plastique et là, vous êtes liiiiiiibre.

Ateliers Chanel
Ateliers Chanel

Viennent ici les premiers croquis, les premières recherches de matières. Personnellement, je commence toujours par rechercher ma matière avant de penser à la forme. D’une part, parce que je suis plus dans le manuel, le toucher que le dessin mais aussi parce que souvent c’est ma matière qui induit ma forme. Et pendant les recherches matières, on ne se refuse rien! Il m’est par exemple déjà arrivée de travailler avec du béton, des toiles cirées, et même des papiers de Ferrero Rocher.

Malhia Kent
Malhia Kent

Lorsque j’ai une bibliothèque de matières assez conséquentes, je commence à réfléchir à un vestiaire ou même carrément à inventer mes propres formes. Je vois ensuite, quelle matière va s’associer avec quelle forme. Et là, bien sûr il y a quelques dessins, mais c’est de plus en plus rare, je pense qu’on est de plus en plus à préférer les photomontages (merci Photoshop). Et hop! ça y est, sans vous en rendre compte, vous avez créé une collection.

Raf Simons
Raf Simons

Vient alors l’étape de réalisation. Tout commence par le patronage ou le moulage. Dans le premier cas, on va essayer de recréer la forme du vêtement mais à plat, sur du papier. Dans le second, on va mouler directement le vêtement sur un mannequin, et la toile utilisée sera alors le patron. Avec ce patron, on va pouvoir couper le tissu. Et enfin, coudre le vêtement. Mine de rien, c’est probablement la réalisation qui prend le plus de temps. Enfin, surtout si vous vous appliquez 😉

Atelier Dior
Atelier Dior

Mais ce n’est pas fini, car dans ce BTS on va jusqu’au bout des choses. Il y a donc toujours un shooting photo pour immortaliser le tout mais surtout recréer une ambiance liée au thème. Il faut donc bien réfléchir au lieu, à la coiffure, au maquillage, aux poses… Mais c’est bien souvent le moment qu’on préfère, le plus amusant! 🙂

Irving Penn
Irving Penn

Et voilà, on récapitule tout sous forme d’un book afin de ne pas en perdre la trace et le tour est joué. Ainsi, calculez vous même la part de dessin qu’il y a dans tout ce processus… 😉

dee409831ad7c9c3aea2e22c14388468

Mais les études de mode ne se résument pas non plus à ça. Nous avons aussi de l’histoire de la mode (depuis la Préhistoire hein, la mode n’a pas commencé avec Chanel) car comment créer si on ne sait pas ce qui a été fait avant? Mais également des cours de technologie des textiles où l’on apprend les différentes matières qui existent en gros, comment elles sont fabriquées, les innovations, etc.

Ce article est pas mal long, ainsi je vais m’arrêter là car je pense avoir bien résumé la chose. Cependant, je le rappelle, je ne parle ici que du BTS Design de Mode, cela ne concerne donc pas TOUS les métiers de la mode bien évidemment et je pense d’ailleurs par la suite consacrer un article sur les études de modéliste et sur les métiers qu’on peut trouver dans ce domaine! Aussi, le processus n’est pas forcément semblable dans le milieu professionnel, faute de temps. Les études, c’est donc un peu le moment où on se fait plaisir et c’est probablement pour ça qu’on s’éloigne pas mal du vêtement du quotidien.

Sur ce, au revoir, et vive le dessin! 😉