L’école est (presque) finie…

Nous sommes en mai et je n’ai qu’un peu moins de deux mois avant que ma scolarité prenne fin. Enfin! Me diront certains 😉

Oui, enfin, car vraiment, je suis arrivée à un stade où je ne supporte plus les études. Le fait de devoir travailler pour des notes avec ce stress d’en avoir une bonne, pour avoir un bon bulletin, pour avoir ensuite une bonne école. Le fait de tomber sur des profs pas toujours compétents, qui attendent de vous bien plus que ce qu’eux vous donnent.

Pendant ma première année d’étude

De plus, mes études sont vraiment très prenantes, et cela non stop depuis maintenant 7 ans. Il est rare que j’aie du temps libre, ne serait-ce qu’une heure. Je ne me rappelle plus de la dernière fois où je me suis ennuyée. Je ne rêve que d’une chose, passer une journée à ne rien faire, à glander chez moi, devant un bon film, sans culpabiliser, sans me dire que j’ai encore du travail à terminer. Je suis aujourd’hui rendue à un stade d’immense fatigue mentale, alors enfin, c’est bientôt la fin, car je ne sais pas si j’aurais pu supporter une année de plus.

Inauguration de la Grotte Chauvet, pour laquelle ma classe a réalisé un projet

Je ne dis absolument pas que je n’ai pas aimé mes études. Au contraire, j’ai eu la chance de très vite trouver ma voie et donc de toujours évoluer dans un milieu qui me plaît. D’apprendre des choses hyper intéressantes, de faire des rencontres qui auront changé ma vie tant professionnellement que personnellement, de vivre des expériences très riches qui m’ont fait grandir. Je garderai de ces années de très beaux souvenirs et rien qu’à écrire ces mots j’ai déjà un peu de nostalgie.

Pendant mon premier « vrai » stage, il y a 5 ans

Mais voilà, j’ai donc d’un côté ce grand soulagement, cette hâte d’en finir avec les études et d’enfin entrer dans la vie active où j’ai d’ailleurs déjà un pied avec l’alternance; et d’un autre côté j’ai beaucoup d’appréhension.  La peur d’entrer dans « le monde des grands ». J’ai l’impression de ne pas être prête, de ne pas maîtriser toutes sortes de choses. Je ne me sens absolument pas « adulte ».

Vous trouvez que je fais adulte? ^^

Et puis, il y a la peur d’avoir fait tout ça pour rien. On évolue dans un contexte où on nous assomme de « si tu n’as pas tel diplôme tu ne trouveras pas de travail », « mais si tu as ce diplôme on ne te prendra pas car tu coûteras trop cher ». Bon, alors, on fait quoi? On va prendre la vie comme elle vient.

Je sais donc que mes études prennent fin mais je ne sais pas du tout ce qui va suivre. Et c’est surtout là que se situe mon appréhension. Je suis dans l’incapacité de me projeter tant que je n’ai pas des éléments concrets. Chercher du travail, certes. Et puis? Dans quelle ville par exemple? Que suis-je prête à accepter? Et si je ne trouve pas? Autant de questions laissées pour le moment sans réponse. Mais je ne doute pas que je saurai y répondre, quand viendra le moment, et d’ailleurs petit à petit je commence à avoir des éléments de réponse.

A peine de circonstance 😉

En attendant, j’essaie de ne pas trop y penser, de vivre le moment présent et de me concentrer sur cette fin d’étude, qui d’ailleurs me demande beaucoup d’énergie. Et puis, disons le, de profiter encore de mes avantages d’étudiante! 😉

Et vous, comment avez-vous vécu cette transition?

A bientôt 🙂