L’école est (presque) finie…

Nous sommes en mai et je n’ai qu’un peu moins de deux mois avant que ma scolarité prenne fin. Enfin! Me diront certains 😉

Oui, enfin, car vraiment, je suis arrivée à un stade où je ne supporte plus les études. Le fait de devoir travailler pour des notes avec ce stress d’en avoir une bonne, pour avoir un bon bulletin, pour avoir ensuite une bonne école. Le fait de tomber sur des profs pas toujours compétents, qui attendent de vous bien plus que ce qu’eux vous donnent.

Pendant ma première année d’étude

De plus, mes études sont vraiment très prenantes, et cela non stop depuis maintenant 7 ans. Il est rare que j’aie du temps libre, ne serait-ce qu’une heure. Je ne me rappelle plus de la dernière fois où je me suis ennuyée. Je ne rêve que d’une chose, passer une journée à ne rien faire, à glander chez moi, devant un bon film, sans culpabiliser, sans me dire que j’ai encore du travail à terminer. Je suis aujourd’hui rendue à un stade d’immense fatigue mentale, alors enfin, c’est bientôt la fin, car je ne sais pas si j’aurais pu supporter une année de plus.

Inauguration de la Grotte Chauvet, pour laquelle ma classe a réalisé un projet

Je ne dis absolument pas que je n’ai pas aimé mes études. Au contraire, j’ai eu la chance de très vite trouver ma voie et donc de toujours évoluer dans un milieu qui me plaît. D’apprendre des choses hyper intéressantes, de faire des rencontres qui auront changé ma vie tant professionnellement que personnellement, de vivre des expériences très riches qui m’ont fait grandir. Je garderai de ces années de très beaux souvenirs et rien qu’à écrire ces mots j’ai déjà un peu de nostalgie.

Pendant mon premier « vrai » stage, il y a 5 ans

Mais voilà, j’ai donc d’un côté ce grand soulagement, cette hâte d’en finir avec les études et d’enfin entrer dans la vie active où j’ai d’ailleurs déjà un pied avec l’alternance; et d’un autre côté j’ai beaucoup d’appréhension.  La peur d’entrer dans « le monde des grands ». J’ai l’impression de ne pas être prête, de ne pas maîtriser toutes sortes de choses. Je ne me sens absolument pas « adulte ».

Vous trouvez que je fais adulte? ^^

Et puis, il y a la peur d’avoir fait tout ça pour rien. On évolue dans un contexte où on nous assomme de « si tu n’as pas tel diplôme tu ne trouveras pas de travail », « mais si tu as ce diplôme on ne te prendra pas car tu coûteras trop cher ». Bon, alors, on fait quoi? On va prendre la vie comme elle vient.

Je sais donc que mes études prennent fin mais je ne sais pas du tout ce qui va suivre. Et c’est surtout là que se situe mon appréhension. Je suis dans l’incapacité de me projeter tant que je n’ai pas des éléments concrets. Chercher du travail, certes. Et puis? Dans quelle ville par exemple? Que suis-je prête à accepter? Et si je ne trouve pas? Autant de questions laissées pour le moment sans réponse. Mais je ne doute pas que je saurai y répondre, quand viendra le moment, et d’ailleurs petit à petit je commence à avoir des éléments de réponse.

A peine de circonstance 😉

En attendant, j’essaie de ne pas trop y penser, de vivre le moment présent et de me concentrer sur cette fin d’étude, qui d’ailleurs me demande beaucoup d’énergie. Et puis, disons le, de profiter encore de mes avantages d’étudiante! 😉

Et vous, comment avez-vous vécu cette transition?

A bientôt 🙂

 

Humeur Bleue #2 : Les études de mode, pas que du dessin!

humeur bleue

Quand on me demande ce que j’étudie, s’ensuit presque toujours deux types de réaction. La première: ah mais tu fais du dessin en fait. La seconde: mais… y a des débouchés? Je traiterai la question du débouché une autre fois, puisque aujourd’hui je vais vous parler uniquement des études de mode et en quoi elles consistent. Et non, je fais pas du dessin en fait. D’ailleurs, j’aime pas trop dessiner.

Yves Saint Laurent
Yves Saint Laurent

Du coup, qu’est-ce qu’on étudie quand on veut être styliste, designer de mode? Je vais uniquement vous parler de ce que je connais bien, et donc du BTS Design de mode, pas des autres écoles (Chambre syndicale, ESMOD, Studio Berçot etc.) puisque je n’y suis jamais allée. Mais je pense de toute façon que, si la qualité de l’enseignement n’est pas la même partout, le contenu reste sensiblement le même. Ben oui, on va pas vous apprendre à poser du parquet! 😉

9e12388df3e82095e132e34224ea590a

Alors oui, c’est vrai, on fait du dessin. Mais ce n’est pas vraiment l’étape la plus importante. Car tout commence par la réflexion, la recherche. Selon les profs, soit on vous laisse travailler sur ce que vous voulez soit on vous donne un thème, et c’est généralement le plus courant. Dans ce thème, vous essayez de trouver un sous-thème qui vous inspire plus que les autres. Exemple : j’ai eu en première année le thème « Seul », certains ont décidé de travaillé sur l’introspection, d’autres sur la dépression ou la maladie, le silence…
Une fois votre thème trouvé, arrive alors toutes les recherches: toutes sortes de définitions, de textes sociologiques, philosophiques… Bref, de quoi trouver une problématique lié au sujet, on ne crée pas juste comme ça pour le fun, non il faut aussi faire passer un message via le vêtement. Ensuite, on recherche des références, des artistes, des créateurs qui ont déjà travaillé sur le sujet ou qui de par leur manière de travailler vous y fait penser.

864e1be4fa750f6660b80f2fdc6938e0

Mais les recherches, ce n’est pas seulement rechercher ce qui est déjà existant. C’est aussi commencer à réfléchir à comment vous pourriez vous approprier le sujet. Quelles couleurs, quelles matières, quelles formes pourraient convenir. Souvent, on vous demande à cette étape de réaliser une œuvre d’expression plastique et là, vous êtes liiiiiiibre.

Ateliers Chanel
Ateliers Chanel

Viennent ici les premiers croquis, les premières recherches de matières. Personnellement, je commence toujours par rechercher ma matière avant de penser à la forme. D’une part, parce que je suis plus dans le manuel, le toucher que le dessin mais aussi parce que souvent c’est ma matière qui induit ma forme. Et pendant les recherches matières, on ne se refuse rien! Il m’est par exemple déjà arrivée de travailler avec du béton, des toiles cirées, et même des papiers de Ferrero Rocher.

Malhia Kent
Malhia Kent

Lorsque j’ai une bibliothèque de matières assez conséquentes, je commence à réfléchir à un vestiaire ou même carrément à inventer mes propres formes. Je vois ensuite, quelle matière va s’associer avec quelle forme. Et là, bien sûr il y a quelques dessins, mais c’est de plus en plus rare, je pense qu’on est de plus en plus à préférer les photomontages (merci Photoshop). Et hop! ça y est, sans vous en rendre compte, vous avez créé une collection.

Raf Simons
Raf Simons

Vient alors l’étape de réalisation. Tout commence par le patronage ou le moulage. Dans le premier cas, on va essayer de recréer la forme du vêtement mais à plat, sur du papier. Dans le second, on va mouler directement le vêtement sur un mannequin, et la toile utilisée sera alors le patron. Avec ce patron, on va pouvoir couper le tissu. Et enfin, coudre le vêtement. Mine de rien, c’est probablement la réalisation qui prend le plus de temps. Enfin, surtout si vous vous appliquez 😉

Atelier Dior
Atelier Dior

Mais ce n’est pas fini, car dans ce BTS on va jusqu’au bout des choses. Il y a donc toujours un shooting photo pour immortaliser le tout mais surtout recréer une ambiance liée au thème. Il faut donc bien réfléchir au lieu, à la coiffure, au maquillage, aux poses… Mais c’est bien souvent le moment qu’on préfère, le plus amusant! 🙂

Irving Penn
Irving Penn

Et voilà, on récapitule tout sous forme d’un book afin de ne pas en perdre la trace et le tour est joué. Ainsi, calculez vous même la part de dessin qu’il y a dans tout ce processus… 😉

dee409831ad7c9c3aea2e22c14388468

Mais les études de mode ne se résument pas non plus à ça. Nous avons aussi de l’histoire de la mode (depuis la Préhistoire hein, la mode n’a pas commencé avec Chanel) car comment créer si on ne sait pas ce qui a été fait avant? Mais également des cours de technologie des textiles où l’on apprend les différentes matières qui existent en gros, comment elles sont fabriquées, les innovations, etc.

Ce article est pas mal long, ainsi je vais m’arrêter là car je pense avoir bien résumé la chose. Cependant, je le rappelle, je ne parle ici que du BTS Design de Mode, cela ne concerne donc pas TOUS les métiers de la mode bien évidemment et je pense d’ailleurs par la suite consacrer un article sur les études de modéliste et sur les métiers qu’on peut trouver dans ce domaine! Aussi, le processus n’est pas forcément semblable dans le milieu professionnel, faute de temps. Les études, c’est donc un peu le moment où on se fait plaisir et c’est probablement pour ça qu’on s’éloigne pas mal du vêtement du quotidien.

Sur ce, au revoir, et vive le dessin! 😉