Humeur Bleue #20 : La mode vintage, une tendance qui ne cesse d’évoluer

Cela fait quelques années déjà que la mode vintage ou rétro est ultra tendance. Cependant, bien que visuellement semblables, on peut tout de même distinguer deux tendances à l’intérieur de ce qu’on appelle communément la mode vintage.

 Mais d’abord concrètement, qu’est-ce que c’est ?

mode vintage

C’est bien simple, pour rester uniquement dans la mode, car le vintage est tendance partout, ce sont des vêtements qui viennent d’une autre époque. En tant qu’époque, je parle plutôt du 20ème siècle, car je n’ai pas encore vu beaucoup de gens arborant des robes renaissance par exemple… Et ce serait d’ailleurs plutôt des pièces de musées. Pas facile à porter tous les jours en même temps. On entend souvent même par mode vintage tous les vêtements des années 40 à 80 grosso modo.

La VRAIE mode vintage

mode vintage

Il n’y a pas vraiment de vraie ou de fausse mode vintage. Mais j’entends par là qu’il y a deux types de vêtements. Et les premiers sont ceux qui sont vraiment vintage dans le sens où ils ont eux-mêmes traversés les époques. Ils ont été conçus, fabriqués il y a longtemps. Ils sont souvent d’ailleurs assez chers, car rares, souvent uniques. Ce sont pour certains des pièces de collection. Parfois plus chers encore que des vêtements neufs. Mais cela concerne surtout le vintage haute-couture. Car on trouve aussi des pièces vintages tout à fait abordables, tant qu’elles ne sont pas griffées.

Mode vintage et marketing

mode vintage
Penser que toute la mode vintage que l’on trouve sur le marché a traversé les années serait se fourvoyer. Je ne crois pas vous l’apprendre vraiment mais la plus grosse part de ce que l’on trouve aujourd’hui n’est qu’une imitation, une copie de ce qui se faisait avant. Les marques peuvent s’en inspirer, comme c’est le cas et ça l’a toujours été dans la mode. Mais pas seulement, car ce que l’on nous vend souvent comme des pièces vintages sont en fait des vêtements fabriqués aujourd’hui qui reproduisent ce qui existait autrefois. Il n’y a pas forcément de mal à ça, tant que c’est indiqué clairement. Mais cela reste quand même souvent un argument marketing pour vendre plus cher des pièces qui ne le valent pas. De plus, certaines personnes achètent du vintage dans l’optique de réduire les déchets textiles donc là, on n’est plus dans la même démarche.

La mode vintage : une bonne alternative éco-responsable ?

mode vintage

Parlons un peu d’éco-responsabilité justement. Le sujet qui revient – et à juste titre – dans de nombreuses bouches en ce moment est l’énorme consommation de vêtements et les déchets qui en résultent. Seul 1% des vêtements sont en effet recyclés… Pour certains, acheter vintage est donc une façon de continuer à consommer et se faire plaisir sans pour autant participer à ce massacre de la planète. En effet, on évite alors de jeter et on ne produit pas non plus pour vendre. Un nettoyage et parfois une petite retouche étant seulement nécessaires en général.

Et sinon, pourquoi la mode vintage est tendance ?

mode vintage

C’est un peu la question qui fait débat. Pourquoi on voit d’année en année cette tendance grossir ? Certains avancent la peur de l’avenir et donc l’envie de se réfugier dans quelque chose de familier, que l’on connait.

Le manque d’argent parfois, qui pousse les gens à se tourner vers des vêtements de seconde main achetés en friperie ou dans des dépôts de type Emmaüs.

Par conscience écologique également, comme déjà écrit plus haut, incitant à allonger le cycle de vie des produits pour consommer durablement. Rien ne se jette, tout se vend et s’achète.

Mais c’est également un moyen de se singulariser. Il est vrai qu’aujourd’hui tous les magasins proposent à peu près la même chose et suivent les tendances dictées par les bureaux de style. Acheter de la mode vintage permet donc d’accéder à des pièces qu’on ne trouve nulle part ailleurs pour ce besoin incessant de s’individualiser.

Il y a bien évidemment d’autres raisons. Comme la fascination pour le passé par exemple. Et je suis sûre qu‘on peut me donner une centaine d’autres raisons.

Une difficulté pour la mode à se renouveler ?

mode vintage

Peut être. En tout cas, depuis les années 2000, on peine à avoir de vraies nouveautés. Et les dernières grandes tendances sont presque toutes des rééditions, à l’image de la Stan Smith d’Adidas. La mode aurait-elle atteint ses limites ?

Des adeptes de mode vintage par ici? 🙂

J’attends vos retours sur le sujet. Et je vous annonce d’ors et déjà le prochain thème de l’Humeur Bleue : la relation entre le noir et la mode. Si vous avez des choses à me partager à ce sujet, c’est le moment! 😉

Articles similaires
Dis-moi comment tu t’habilles je te dirai qui tu es
Vis ma vie de styliste textile
Etre stagiaire dans la mode
Le monde de la mode et ses clichés
Les études de mode, pas que du dessin!

Humeur Bleue #15 : Vis ma vie de Styliste Textile

Pourtant indispensable, s’il y a bien quelqu’un d’oublié dans la création d’un vêtement c’est le styliste textile.

styliste textile
JCrew

Le styliste textile est à la base de toute création comprenant du tissu. Pourtant, son nom n’est généralement jamais cité. Il existe de très grosses maisons de créations textiles. Pourtant quasiment aucunes ne sont connues par le grand public. On ne voit que le produit final, et la griffe apposée dessus. Toutefois, si le styliste vêtement doit composer avec la contrainte du tissu et du motif, le styliste textile est quant à lui complètement libre. (à un certain degré hein, vous imaginez bien qu’il a quand même un chef qui lui donne des directives). Pour moi, son travail est donc plus créatif encore.

design textile
Marimekko

Mais du coup, quel est le rôle du styliste textile?

Analyser les tendances

Le styliste textile est le premier concerné par les tendances, qu’il doit connaître un an et demi en avance par rapport au rythme des collections. Et ouais, il vit dans le tur-fu t’as vu! 😉 Il va donc de salon en salon pour se tenir au courant des couleurs qui seront à la mode, des nouvelles technologies ou encore des nouveautés qui vont être incontournables. Ça, c’est son job pour devancer la demande du client (qui peut être n’importe quelle entreprise ou créateur dans le secteur de la mode). Et pour comprendre les attentes de ce dernier, il va aussi analyser les derniers défilés et voir les tendances émergentes, celles qui vont prendre de l’ampleur et qu’il faut donc exploiter en priorité.

design textile
Nelly Rodi
Choisir des tendances

Il est évident qu’il existe une multitude de tendances et qu’à part dans les plus grosses boîtes de création textile où il y a des dizaines de stylistes, il n’est évidemment pas possible de toutes les exploiter. Ainsi, le travail du styliste textile va être aussi de choisir les tendances qui lui semblent les plus pertinentes, notamment par rapport à l’image de son entreprise. Il va alors constituer un « moodboard » ou planche d’inspiration, constituée d’images qui vont l’inspirer pour ses futures créations. Perso, là où je bosse, c’est plutôt un « moodwall »! 😉

design

Créer de nouveaux motifs

On rentre un peu plus dans le vif du sujet. C’est le rôle principal du styliste textile. Cette création de motifs peut se faire par différents biais : la création de dessins par le styliste lui-même qu’il va ensuite interpréter comme motif ; l’achat d’un dessin à un dessinateur ou graphiste que le styliste va interpréter comme motif ; l’achat d’une archive (si l’entreprise n’en dispose pas déjà) qu’il va remettre au goût du jour.
La création de motifs comprend aussi la mise au rapport du dessin, c’est à dire qu’il faut faire en sorte que le dessin puisse se répéter sans qu’il y ait de défaut ou de déséquilibre.
Elle comprend également la coloration, c’est à dire que pour un même motif, le styliste propose généralement plusieurs harmonies de couleurs.
Cette création peut se faire dans le cadre d’une collection qui sera proposée aux clients ou alors lors d’une demande spéciale faite directement par le client.

textile
Liberty London
Le styliste textile, une personne polyvalente

Résumé ainsi, le travail du styliste textile a l’air assez simple. Mais ce n’est qu’en apparence : il ne doit pas juste savoir dessiner. Il y a un énorme travail administratif et logistique derrière tout ça ! Il faut sans cesse suivre les sous-traitants et fournisseurs, vérifier la qualité des pièces de tissus produites, apporter des corrections avant la production, faire du sourcing pour trouver les bons fils lorsqu’on fait tisser des pièces ou les bons fonds d’impression lorsqu’on réalise des imprimés… Et j’en passe tant!

stylite textile
Cerruti
-> Le styliste textile, le point de départ de la création

Vous comprendrez donc que sans styliste textile que ferait le styliste vêtement? Et, comme pour le vêtement où il existe de nombreuses spécialités, le styliste textile peut se spécialiser dans différents domaines : l’impression (il existe de nombreuses méthodes d’impression!), la maille, le tissage (et notamment le jacquard qui permet de réaliser des motifs complexes), la broderie, etc. Il suffit pour se rendre compte de tout ce qu’il existe, d’assister au salon Première Vision où une grande quantité d’entreprises textiles vient présenter ses collections… Il y en a bien sûr pour tous les goûts! 😉

styliste textile
Tory Burch
Et vous, connaissiez-vous ce métier?

Suivez-moi sur Instagram pour suivre mon quotidien de styliste! 😉

A bientôt pour notre prochaine Humeur Bleue où je vous parlerai cette fois d’un sujet moins glorieux : la précarité dans la mode!

Articles similaires
Humeur Bleue #14 : La mode et l’art
Le modélisme c’est quoi?La mode c’est pas que Chanel
Les études de mode, pas que du dessin!

Humeur Bleue #1 : Ou c’est quoi la Mode?

C’est le premier article Humeur Bleue et c’est ainsi pour moi le moment de vous expliquer concrètement cette rubrique.

Pour cela, je vais d’abord commencer par une petite présentation de moi-même, pour ceux qui ne me connaitraient pas déjà. Depuis très longtemps, je sais ce que je veux faire dans la vie. De la mode. Vous allez me dire que c’est large. Certes, vous aurez raison. J’ai longtemps envisagé chaque métier possible avant de jeter mon dévolu sur la création de mode. J’ai donc naturellement effectué un BTS de modéliste puis un BTS de styliste, histoire d’avoir la double casquette, et parce que pour moi les deux sont intimement liés, complémentaires. Et c’est ainsi que je me suis retrouvée dans ce drôle de monde qu’est la Mode.

Au Salon Tranoï, quand j'étais encore rousse
Au Salon Tranoï, quand j’étais encore rousse

Au fil du temps, je me suis rendue compte qu’on se fait une idée assez différente de ce qu’est ce milieu en vérité. Mais surtout, que la plupart des gens ne comprennent pas nos métiers. Combien de fois j’ai dû expliquer que non, je ne passe pas mon temps à dessiner. La création, c’est un peu plus que cela. Bien sûr, ce n’est pas un métier « vital », on ne va pas sauver des vies. Quoi que. Mais en tout cas, beaucoup considèrent encore que le styliste, ou le designer de mode, appelez-le comme vous le souhaitez, n’a pas un « vrai » métier. Beaucoup pensent que les études pour y accéder sont simples. Ben oui, vu qu’apparemment on passe notre temps à colorier. Peu de gens savent ce qu’est un modéliste. Car non, celui là ne réalise pas de maquette d’avion. Et si je devais parler de tous les métiers de la mode et de leurs clichés, je n’en finirais jamais.

Pierre Balmain
Pierre Balmain

De plus, quand on pense à mode, on pense directement aux vêtements, au shopping ou aux défilés. En fait, on ne voit que le produit fini. Pourtant, le travail qu’il y a derrière représente parfois plus de temps que la durée de la mode elle-même… Tout est réfléchi, rien n’est laissé au hasard. On ne pense qu’à l’apparence mais c’est aussi un comportement, ne pensez-vous pas que la mode nous révèle? Finalement, la mode est jugée superficielle mais n’est-ce pas en réalité tout l’inverse?

283fb3c1d7e94d7257b682f68e333aac

Ainsi, cette rubrique aura pour sens de montrer ce que sont vraiment ces métiers, et dans un sens plus large ce qu’est réellement le monde de la Mode

N’hésitez pas à me dire les sujets que vous aimeriez que je traite, je me ferais un plaisir de m’en charger. 🙂